Hôtel Les Roches Rouges

  • paysage esterel

Ambiance riviera

Architectes, galeristes, brocanteurs, jardinier, directeur artistique, graphistes, ambianceur sonore… Ils sont tous venus prendre le pouls des Roches Rouges et de son environnement pour composer ensemble ce nouveau spot qui s'inscrit dans l'histoire de la côte d'Azur et qui pioche dans son passé pour se construire un avenir radieux…

 

 

 

 

Victor Kiswell, BO ensoleillée

Le dénicheur de sons Victor Kiswell a ausculté l’âme de l’hôtel pour en livrer la bande-son ensoleillée. Habitué à dénicher des pépites sonores pour les compositeurs, producteurs de musique ou réalisateurs, il poursuivra cette quête aux Roches Rouges. Une collection qu’il distillera à travers podcasts dans tout l’hôtel, des chambres au spa. Une sélection plutôt jazz new-yorkais sixties assez classieux qui au fur et à mesure de la journée mutera vers des sons plus latin jazz, bossa jazz et samba en nuançant ses choix en fonction des espaces. Au restaurant La terrasse, la playlist sera plus raffinée, feutrée tandis qu’au restaurant du bord de mer, le son sera plus rythmé. Victor Kiswell a également conçu une playlist pour les chambres dans un esprit Riviera, ensoleillée et sensuelle, métaphore musicale de l'esprit de l'hôtel.

Be-poles, l’âme des Roches Rouges

« L’architecte crée l’espace et nous nous donnons du sens à cet espace », Antoine Ricardou, fondateur et directeur artistique de be-poles s’investit avec son studio dans Les Roches Rouges depuis ses prémices. A l’origine studio de graphisme, be-poles est un hub créatif qui a scénarisé Les Roches Rouges en collaboration avec son propriétaire. Ensemble, ils ont façonné l’identité visuelle de cet établissement ancré sur son territoire et ont sélectionné les œuvres d’art qui sont exposées dans les chambres et la réception. Ils proposent ainsi un luxe différent, plus sensible, moins « parfait » et évitent le pastiche provençal.

Stan Alaguillaume, le passeur de jardins

Jardinier, paysagiste, médiateur et passeur de jardins… Stan Alaguillaume après des études à la célèbre école de paysagisme de Versailles s’est installé à Marseille. Il est alors devenu méditerranéen et multiplie depuis les projets en Corse, au Maroc… entre deux expéditions botaniques à travers le monde pour y chercher et acclimater des plantes dans nos contrées. Chantre du jardin sec, il va faire aux Roches Rouges avec la nature et pas contre elle, il va se glisser sous cette pinède qui sent bon la myrte, le grenadier, le romarin et la lavande et y planter un maquis qui ne laissera pas supposer l’intervention de l’homme…

Le cirier d’Auribeau, l’art de la bougie

Entre Cannes et Grasse, au cœur de la région de la région de la parfumerie, le cirier d’Auribeau fabrique à la main ses bougies parfumées. Sebastien Bojo reçoit les matières premières dans son atelier puis prépare ses mélanges pour les mouler, les tremper ou remplir ses contenants. Parmi ses spécialités, les bougies à la citronnelle, très demandées lors de la période estivale pour lutter contre les moustiques à la tombée de la nuit. Fabriquées par un potier espagnol, ces petits verres jaunes et oranges aux couleurs acidulées seront disséminés dans les Roches Rouges.

 

Benjamin Desprez et Hélène Breheret, dans le rétro

En couple sur scène comme à la ville, les antiquaires Hélène Breheret et Benjamin Desprez se sont spécialisés il y a plus de dix ans dans le mobilier de créateurs français de la seconde moitié du XXe siècle. Amateurs de matériaux naturels à l'état brut, ils distillent un univers bohème chic signé Charlotte Perriand ou Jacques Adnet qu'ils expédient à Paris, New York ou Los Angeles. Basé à Angers, c'est au salon Art Elysée qu'ils ont croisé l'équipe des Roches Rouges. Cette dernière y a été séduite par l'artiste Guy Bareff dont ils proposeront des appliques sur les murs du restaurant de l'hôtel. Parmi les autres trouvailles, du mobilier aux lignes pures, une paire de fauteuil Willy Guhl en ciment dans le jardin. Mais la trouvaille dont ils sont le plus fier, c'est le canapé en cuir grège de Sede en forme de serpentin, pièce maîtresse du lobby.

Festen, l’art de la mise en scène

Subjugués par la mer qui explose depuis les chambres de l’hôtel, le duo Festen composé d’Hugo Sauzay et Charlotte de Tonnac, tous deux diplômés de l’école Camondo en 2011 a voulu magnifier dans leur version de l’hôtel cette découverte instantanée. Pour cela, ils ont repris ce bâtiment 50/60 pour le simplifier et lui redonner ses lettres de noblesses, inspirés notamment par la villa E1027 d’Eileen Gray. S’ils ont conservé le langage esthétique et visuel de la French Riviera mythique, leur souhait le plus cher était de faire oublier le quotidien aux hôtes des Roches Rouges. Ils ont mixé terre cuite, chêne et plâtre au mur pour un effet apaisant et laisser toute sa place à la majestueuse vue. Un travail in situ conçu comme une évidence.

Alexandre Guillemain, les meubles ont une âme

Spécialiste du design de la deuxième moitié du XXe siècle au marché Paul-Bert des puces de Saint-Ouen, Alexandre Guillemain propose sur son stand une grande majorité de pièces signées… Rigoureux et passionné, ce chineur frénétique traque depuis 1999 les pépites méconnues du mobilier design qu’il livre à un public de décorateurs français et internationaux. Il a fait les déballages marchands du sud de la France (ces manifestations où sont vendues des antiquités aux professionnels) où il a chiné pour Les Roches Rouges du mobilier en rotin, des lampes en laiton, des grandes tables de ferme en bois qui viennent ponctuer l'espace et lui offrir son âme Riviera.

Le Labo des fragrances

Edouard et Fabrice concoctent dans leur laboratoire de Grasse les fragrances exclusives du Labo qui seront ensuite personnalisées dans leurs boutiques du monde entier. « Nous avons été très sensibles au projet des Roches Rouges, le vent d'indépendance de l'équipe créative nous a beaucoup touchés ». Gel douche, shampooing, conditionner, crème pour le corps... Le Labo propose aux Roches Rouges des aménités au parfum de bergamote, un agrume méditerranéen en phase avec l’esprit des lieux, frais, léger et très évocateur. A la réception, c’est leur bougie Calone, aux effluves marins qui viendra donner le ton et « transformer l’espace en maison de plage ».