Hôtel Les Roches Rouges

  • paysage esterel

Colonie d'artistes

Collages, peintures et sculptures, l'équipe des Roches Rouges a fait appel à des artistes pour animer les murs de l'hôtel. Des œuvres souvent abstraites dans des teintes radieuses qui font écho à la lumière méditerranéenne qui a toujours inspiré les artistes. Certains vont même jusqu'à peindre sur les murs comme Le Corbusier l'avait fait dans l'iconique villa E1027.

 

 

 

Guy Bareff, maître de l’argile

Dans les années 70, les objets en céramique et en terre envahissaient les intérieurs sous l’influence de l’école de Vallauris. Les décennies suivantes se préfèrent se tourner vers des matériaux moins organiques et plus techniques… A l’époque, le spécialiste de l’argile Guy Bareff avait livré ses appliques et autres « objets éclairants » à de nombreux hôtels, avant de se tourner vers la peinture, le yoga et la mise en scène.

En 2014, les galeristes Benjamin Desprez et Hélène Breheret sont tombés sur son travail et l’ont contacté. Depuis, son atelier des Baux-de-Provence tourne à nouveau à plein régime et il a même été exposé dans une célèbre galerie new-yorkaise. Guy Bareff a réalisé pour Les Roches Rouges des appliques en forme de masques réalisées en terre brute de ses chères Alpilles.

Caroline Denervaud, et la couleur fut…

Ancienne danseuse, la plasticienne Caroline Denervaud a transposé sa passion du mouvement dans la peinture. Elle dessine, peint et colle des gestes spontanés sur lesquels elle ne revient pas. Attirée par son travail abstrait, l’équipe des Roches Rouges lui a demandé de passer à la couleur pour investir les chambres. Elle s’est laissée prendre à ce jeu chromatique et travaille les bleu et rouge qu’elle marie à des marrons, des roses, des jaune et des terres. Elle travaille notamment le pastel écrasé au doigt, très dense, presque comme du velours. Un travail d’abstraction et d’équilibre qu’elle poursuit dans son atelier parisien.

Jean André, les murs ont la parole

Il se définit comme « gentleman artist » tant il révèle avec délicatesse les corps des femmes qu’il dessine, peint, tatoue dans une esthétique sensuelle et contemporaine…

Aux Roches Rouges, il viendra peindre sur les murs des chambres et des couloirs à la manière de Cocteau, le Corbusier, Matisse, Man Ray des paysages un peu abstraits et des silhouettes féminines. Tant d’œuvres réalisées en pigments ocres provençaux qui dialogueront avec leur environnement. C’est par touches qu’il procèdera et offrira tantôt de vastes œuvres, tantôt de simples clins d’œil, pour que les hôtes prennent le temps de les découvrir, comme d’agréables surprises…

Antoine Ricardou, les yeux dans le bleu

Fondateur de be-poles, l’agence qui a orchestré la direction artistique des Roches Rouges, Antoine Ricardou est aussi photographe et passionné de voile. Il a sélectionné pour les chambres de l’hôtel des grands formats écrasés par le soleil, des contre-jours, des photos très solaires prises lors de ses voyages en bateau… Sa vision de la Méditerranée, soleil pleine face et lumière aveuglante sera exposée aléatoirement dans les chambres de l’hôtel.

Brian de Graft, l'oeil surréaliste

C'est en surfant sur les réseaux sociaux que l'équipe de l'hôtel est tombée sur les collages surréalistes de Brian de Graft qui mixent photos chinées et feuilles de papier colorées. Ancien étudiant en littérature et cinéma, le jeune Allemand basé à Amsterdam a récemment abandonné sa carrière de rédacteur pour s'adonner à sa passion pour l'art. Mixant formes et couleurs, grands aplats chatoyants sur dessins au fusain, l'artiste décline son univers étrange sur des pochettes d'album ou des œuvres en papier. Spécialiste du mixed media, Brian Graft s'est inspiré des plantes, de la mer pour livrer un travail radieux qui habillera les chambres de l'hôtel.

Rosemarie Auberson, entre bleu clair et bleu foncé

Nombreux sont les étudiants en art qui doivent mettre de côté leurs ambitions artistiques pour se consacrer à un travail plus « alimentaire ». Ce fut le cas de l'Américaine Rosemarie Auberson qui après des études artistiques s'est tournée vers le design graphique. Et puis, rapidement, grâce aux réseaux sociaux et à quelques expositions, ses projets artistiques ont pris le dessus sur le travail de commande. Elle prend plaisir à faire dialoguer couleurs et formes, trait et applat sur des papiers de différentes qualités. Les Roches Rouges lui ont inspiré des œuvres pures basées sur une palette de bleus, du plus clair au presque noir. 12 grands formats qui feront écho à la lumière de la Méditerranée sur les murs des chambres de l'hôtel.

Claire Oswalt, blue hotel

Claire Oswalt fonctionne à l’instinct, elle cherche des harmonies à travers des formes et couleurs qu’elle applique sur de grands papiers, dans des gestes qu’elle évite de contrôler pour laisser émerger des formes libres. Dans un second temps, elle se livre à un travail plus intentionnel qui vient dompter son intuition. S’appuyant sur une palette de bleus et roses pâles, elle peint et repeint le papier jusqu’à trouver l’équilibre. Installée à Austin, Claire Oswalt déploie aux Roches Rouges une esthétique abstraite, délicate et paisible qui viendra en contrepoint du cadre énergique de l’hôtel.